Les SSD.

On va déjà voir ce qu’est un SSD et le comparer au disque dur classique.

 

Donc, le SSD (Solid State Driver) est un dispositif de stockage, similaire à un disque dur, mais les similitudes s’arrête là, car le SSD est bien plus rapide, silencieux, ou encore plus solide que son congénère.

Il utilise une technologie différente pour le stockage des données, de la mémoire flash identique à celle utilisée dans les clé USB.

Il se présente sous différents formats, SSD 2.5, M2, ou carte PCIe

Avec ces débits et ces temps d'accès bien supérieur, le SSD gagne énormément en efficacité, c’est bien pour cela qu’on va y installer le système d’exploitation qui boostera son lancement (à peine plus de 10 sec)
Il pourra donc apporté un peu de fraîcheur sur un ordinateur dépassé techniquement.

 

 

 

 

 

Il existe également le SSHD (disque dur hybride) intégrant une partie SSD ce qui le rend plus rapide que le disque dur classique.

Pour un petit budget, cela peut être intéressant, car vous gardez un quantité de stockage importante avec un gain sur les débits.

Il reste néanmoins largement en-dessous d’un SSD.

La durée de vie d’un SSD.

 

On dénombre trois types de mémoires différentes utilisées dans les puces Flash.

SLC (Single Level Cell) – 1 bit de données par cellule.

MLC (Multi Level Cell) – 2 bits de données par cellule.

TLC (Triple Level Cell) – 3 bits de données par cellule.

 

Un quatrième type de mémoire (la QLC, Quad Level Cell) est déjà en production, mais encore peu commercialisée, la mémoire TLC étant actuellement la plus représentative sur le marché du SSD.

(La mémoire SLC est principalement utilisé en entreprise, et la mémoire MLC se retrouve sur certains SSD plus coûteux)

 

Préoccupons-nous du nombre de bits par cellule, car c’est cela en partie qui va jouer sur la durée de vie du SSD.

Le stockage de plusieurs bits par cellule va permettre certains avantages, par exemple sur le coût de fabrication, ou encore la capacité de stockage plus élevée mais en contre partie va jouer sur les débits du SSD et surtout sur la longévité de la mémoire.

 

A force d’écrire (et d’effacer) les cellules (qui enregistrent les données) seront altérées et sur le long terme deviendront inutilisable.

Mais pas de panique, cette usure n’intervient pas en quelques mois, il faut des années d’utilisation intense pour en arriver là !

 

Vous pouvez également trouver des informations fournis par les fabricants, représentant la durée de vie du SSD, mais ne les prenez pas trop au sérieux !

- Endurance : 150 TBW (Terabytes Written) qui représente la quantité de donnée (ici donc 150 To) que vous pouvez écrire sur le SSD au cours de sa durée de vie. (Attention cela peu jouer sur la garantie)

- MTBF (Mean Time Between Failure) : 1,5 million d’heures, cela ne représente pas du tous sa durée de vie. Ce chiffre fait référence à la moyenne des temps de bon fonctionnement entre les pannes.

Le SSD se décline en différents formats et interfaces.

Le SSD au format 2.5 dispose d’une interface SATA, avec en général un débit en lecture, écriture entre 500 et 600 Mo/s

 

Le SSD au format M2 dispose d’une interface en SATA ou en PCIe.

SATA : débits identique au SSD 2.5

PCIe : débits situé entre 800 et 3500 Mo/s

 

Intéressons-nous aux différents format du SSD M2

En général vous pouvez lire, comme information sur la fiche technique, les chiffres par exemple « 2280 », cela représente simplement les dimensions du SSD, 22 mm de large sur 80 mm de long.

Vous pouvez retrouver d'autres formats.

Donc, prenez toujours bien le temps de vérifier si votre carte mère supporte tel ou tel formats, mais cela dépendra surtout de son ancienneté.

Il est également important de vérifier les connectiques que ce soit par rapport au SSD ou à la carte mère.

Je m’explique, vous retrouvez actuellement 2 types de connectiques différentes.

Module M Key (PCIe 2x/4x et ou SATA)                 Le Module B+M Key (PCIe 2x et ou SATA)

En résume :

- La carte mère disposera toujours d'un connecteur M Key et sera compatible avec le module B+M Key

- Le SSD M2 lui pourra être en M Key, mais également en B+M Key, la différence se situera sur le débit et le prix.

B+M Key                                   M Key

SSD NVMe PCIe.

 

 

 

 

 

 

 

Je vais juste à titre d’information parler un peu des SSD NVMe PCIe, qui comme une carte fille, se connectera sur un port PCIe 3.0 de la carte mère.

Il se décline en PCIe 4x ou en PCIe 8x, ce qui va jouer sur les débits en lecture / écriture.

PCIe 3.0 4x : lecture 2800 Mo/s – écriture 1600 Mo/s (identique à du M2 NVMe)

PCIe 3.0 8x : lecture 5000 Mo/s – écriture 6800 Mo/s

 

Les prix eux, restent largement supérieure par rapport au format M2 NVMe.

Surtout pour du PCIe 8x, ou les prix explosent littéralement.

 

Voilà, à part ces débits très intéressants, il perd l’avantage d’être peu encombrant par rapport au format M2, et il ne faut pas se mentir, de telles caractéristiques ne nous apportera que très peu de bénéfices.

Après tous dépendra également des besoins et exigences souhaitées.

AHCI vs NVMe.

 

Nous allons ici d’abord évoquer, le bon vieux AHCI (Advanced Host Controller Interface) qui est une interface de communication qui va faire le lien entre la partie logiciel (le système d’exploitation) et la partie matériel (un disque dur ou un SSD SATA)

Il est né pour exploiter au mieux le bus SATA

Il permet sans trop entré dans les détails, de par exemple entraîner une amélioration des performances.

Mais étant dépendant d’un bus développé pour les disques durs mécaniques, il sera toujours limité dans ses débits.

 

Le NVMe (Non Volatile Memory Express) à la même fonction de communication, mais lui va exploiter le bus PCIe et va permettre ainsi de dépasser les limites du bus SATA.

On obtient donc des débits bien plus important, grâce aux SSD M2 NVMe, qui sont en moyenne cinq fois plus rapide qu’un SSD SATA.

Mes conseils.

 

Il est certain que le choix en terme de stockage dépendra obligatoirement de votre budget.

Mais déjà rien que de partir sur un SSD 2.5 apportera un plus significatif !

Il faut aussi mettre en évidence la quantité de stockage par rapport au prix, car il est vrai que les SSD M2 Nvme sont devenu beaucoup plus abordable, mais vous trouverez pratiquement toujours des SSD 2.5 de plus grandes capacités pour moins cher et à ce petit jeu le disque dur classique est toujours loin devant.

 

Et je dirais en dernier, que cela dépendra également de vos besoins, ce à quoi va être dédié votre PC, car ce n’est pas la peine non plus d’exploser votre budget, pour avoir en retour un gain médiocre.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon